L’industrie extractive de l’Afrique de l’Ouest vise à promouvoir davantage le contenu local

Trouvez la version anglaise ici

En octobre, un certain nombre de pays producteurs de minerais d’Afrique de l’Ouest ont entamé des discussions pour une meilleure intégration des initiatives sur le contenu local dans leurs politiques et stratégies. Le Sénégal possède une industrie minière bien établie qui produit des matériaux de construction, du minerai de fer, de l’or, du nickel et des phosphates parmi d’autres ressources minérales.

L’une des principales conclusions des discussions était que l’industrie extractive doit jouer un rôle majeur dans le soutien de la reprise économique après la pandémie de COVID-19. Cependant, pour une mise en œuvre plus efficace, la sous-région doit pouvoir développer davantage le secteur privé local et doit faciliter la mobilisation des ressources intérieures. Une étape cruciale de ce processus consiste à assurer un accès adéquat aux marchés et à créer des conditions favorables pour que les petites et moyennes entreprises (PME) participent plus efficacement à l’industrie minière.

Selon Ibrahima Guèye, Secrétaire Général des Mines et de la Géologie de la République du Sénégal, “les statistiques de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives de 2019 illustrent le fossé que nos politiques de contenu local devraient combler. Sur 800 milliards de francs CFA de commandes, les entreprises nationales n’ont obtenu que 200 milliards de francs CFA, soit 25 % du total. Ainsi, on voit bien le chemin à parcourir pour permettre aux acteurs locaux d’avoir la capacité technique nécessaire pour capter des parts de marché supplémentaires. C’est quelque chose qui permettra considérablement notre capacité à améliorer les revenus et la rentabilité dérivés de l’industrie extractive.”

Par ailleurs, Guèye a déjà longuement évoqué la question difficile du faible rôle des entreprises nationales dans l’industrie minière au Sénégal et dans plusieurs autres pays d’Afrique de l’Ouest. Un certain nombre d’initiatives ont été créées au Sénégal au cours des trois dernières années pour aider à résoudre ce problème. L’objectif est que les acteurs de l’industrie extractive reconnaissent les contraintes qui empêchent les acteurs économiques de s’emparer d’un plus grand pourcentage de parts de marché grâce au contenu local et qu’ils trouvent également de meilleurs moyens d’augmenter la valeur ajoutée localement.

L’augmentation du rôle du contenu local et l’augmentation de la valeur ajoutée locale dans les industries extractives ont également longtemps été l’une des principales priorités de l’administration du président du Sénégal, S.E. Macky Sall, ainsi que de ses homologues régionaux dans les pays voisins du bassin du MSGBC, tels que comme la Guinée-Bissau, la Guinée-Conakry et la Mauritanie, qui possèdent d’importantes réserves minérales telles que la bauxite et le minerai de fer.

L’un des principaux défis auxquels est confrontée l’industrie minière dans le monde est qu’elle est extrêmement énergivore. Cependant, le Sénégal et la Mauritanie devraient devenir de grands pays producteurs de pétrole et de gaz au cours de la période 2023-2024 ; alors que les projets pétroliers et gaziers offshore à grande échelle tels que Grande Tortue Ahmeyim et les champs de Sangomar commencent la production à grande échelle. Ainsi, l’émergence du bassin MSGBC en tant que nouvelle région productrice de pétrole et de gaz au cœur de l’Afrique de l’Ouest, un important centre minier, fournira une abondance de matière première de gaz naturel à un prix beaucoup plus compétitif qui optimisera naturellement l’efficacité de l’exploitation minière dans toute la région. Et pour cette raison, les gouvernements du Sénégal, de la Guinée-Bissau et de la Guinée-Conakry travaillent de plus en plus étroitement pour développer de plus grandes synergies transfrontalières dans l’industrie extractive.

Pendant la Semaine africaine de l’énergie 2021, qui a eu lieu au Cap, du 9 au 12 novembre, la Ministre du Pétrole et des Énergies du Sénégal S.E. Sophie Gladima a noté que : “Dans la stratégie gaz-électricité du Sénégal, nous allons utiliser nos ressources en gaz naturel pour accélérer l’industrialisation. Entre le Sénégal et la Guinée-Bissau et la Guinée-Conakry, nous avons une abondance de ressources minérales telles que le minerai de fer ou la bauxite qui nécessitent beaucoup d’électricité pour une exploitation réussie. Nous pensons que le gaz naturel qui sera bientôt mis en service nous permettra de mieux exploiter ces ressources minérales, afin qu’elles puissent être transformées en acier ou en aluminium et utilisées dans des secteurs tels que la production de véhicules automobiles et autres.”

Le Sénégal et les différents pays du bassin du MSGBC sont conscients qu’une opportunité historique se profile à l’horizon pour qu’ils puissent augmenter à la fois le contenu local et la valeur ajoutée locale dans leurs industries extractives. À ce titre, les deux sujets seront fermement à l’ordre du jour de MSGBC, Oil, Gas, & Power 2021 qui se tiendra à Dakar du 16 au 17 décembre. 

Share This Article

Share on twitter
Share on facebook
Share on linkedin
Share on reddit
Share on whatsapp
Share on email

Other Reads

Miguel Artacho

Miguel Artacho

Miguel is a Field Editor at ECP. Miguel is a forward-thinking communications professional currently specializing in the energy sector. Adept at developing engagement strategies and building relationships. He is known for working ethically and effectively with internal and external stakeholders to further the business goals.

Sign up for latest news and event info

Copyright © 2022 Energy Capital & Power. Privacy Policy · Terms of Use