fbpx

Les Ministres du Pétrole et du Gaz du Continent Africain Prennent la Parole à l’Ouverture de la Semaine Africaine de l’Énergie 2021 au Cap

Trouvez la version anglaise ici

Avec ses ressources importantes, ses réglementations progressives, et ses politiques de promotion de l’industrie qui stimulent la croissance des industries pétrolières, gazières et des énergies renouvelables, le secteur africain de l’énergie est au bord de la révolution. Axée sur la stimulation des investissements et du développement dans les projets énergétiques africains, la Semaine africaine de l’énergie (AEW) 2021 est fière d’accueillir des ministres de tout le continent africain. Représentant à la fois les secteurs énergétiques matures et émergents, les ministres ont présenté des sujets clés à aborder lors de l’AEW 2021, promouvant le rôle du pétrole et du gaz et plaidant en faveur de l’investissement international en Afrique.

S’exprimant lors du discours d’ouverture de l’AEW 2021, les ministres africains, notamment ; S.E. Bruno Jean-Richard Itoua, Ministre des Hydrocarbures, République du Congo ; S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima, Ministre des Mines et des Hydrocarbures, Guinée équatoriale ; S.H. Tom Alweendo, Ministre des Mines et de l’Énergie, Namibie ; SE Mahamane Sani Mahamadou, Ministre du Pétrole, de l’Énergie et des Énergies Renouvelables, Niger ; S.E. Ernesto Max Elias Tonela, Ministre des Ressources Minérales et de l’Énergie, Mozambique ; S.E. Diamantino Azevedo, Ministre des Ressources Minérales, du Pétrole et du Gaz, Angola; S.E. Puot Kang Chol, Ministre du Pétrole, Soudan du Sud ; S.E. Mohamed Aoun, Ministre du Pétrole et du Gaz, Libye ; et S.H. Dr Mohammed Amin Adam, Vice-Ministre de l’Énergie, Ghana, ainsi que Mallam Mele Kolo Kyari, Directeur Général et PDG du groupe, Nigerian National Petroleum Corporation, Nigeria.

Lors de son discours d’ouverture, S.E. Adam a souligné que la transition énergétique imposée par l’Occident représentera des défis importants pour le développement de l’Afrique. Il a noté que, par conséquent, le continent est invité à développer ses propres stratégies pour réduire les émissions – en établissant des solutions de financement innovantes pour stimuler l’exploration et la production.

“L’Afrique a été décrite comme la dernière frontière pétrolière et gazière au monde. De nombreux pays ont découvert des hydrocarbures présentant un grand potentiel pour nos économies. Nul doute que la transition énergétique va perturber les économies africaines et les producteurs de pétrole. Les effets de la transition allant des pertes de revenus au sous-investissement dans les hydrocarbures, ce que j’appelle la malédiction de la transition, feront en sorte que l’Afrique reste à la traîne du reste du monde. Le gaz naturel africain doit bénéficier du statut de carburant de transition pour une période plus longue afin de permettre l’utilisation des réserves de gaz lors du remplacement d’un carburant à plus forte intensité carbonique tel que le charbon. La transition ne doit pas être dissociée de la nécessité de lutter contre la pauvreté énergétique,” a déclaré S.E. Adam.

“Nous nous sommes réunis à un moment décisif. Il n’y a jamais eu de meilleur moment pour que l’Afrique trace sa propre voie. Notre continent produit 6 % du gaz naturel mondial et 9 % du pétrole mondial. Dans le même temps, nous ne représentons que 3 % des émissions mondiales. Ainsi, il est sûr de dire que l’Afrique est la dernière frontière énergétique. Un potentiel aussi vaste ne peut rester inexploité. Nous avons besoin d’une transition juste. Nous avons l’obligation envers les générations futures d’exploiter nos ressources et d’utiliser les recettes pour améliorer l’accès aux soins de santé, à l’alimentation et lutter contre la pauvreté énergétique,” a déclaré S.E. Mahamadou.

“A écouter tous les intervenants, aucun de nous n’est contre les énergies renouvelables. Mais nous disons tous, et continuons de répéter, que [la transition énergétique] doit être inclusive, équitable et nous devons tous nous asseoir autour de la table et nous mettre d’accord. Le budget du Soudan du Sud dépend à 98% du pétrole. Oui, nous devons faire la transition et nous nous y engageons. Mais si la raison fondamentale est que cela affecte la vie humaine, ceux d’entre nous qui ne peuvent pas produire ce que nous avons en souffriront, ce qui rend encore plus important qu’il s’agisse d’un processus et qu’il soit inclusif. Pour la toute première fois, le Soudan du Sud détiendra son premier bloc de licence pétrolière avec cinq blocs ouverts en juin 2021, invitant les investisseurs à présenter et à explorer. Et oui, j’en fais la promotion et j’invite les gens à enchérir. Des deux blocs que nous avons offerts, ils ont été offerts aux Africains” a déclaré S.E. Chol.

“Nous apprécions hautement le retour des investisseurs dans le pays. La Libye possède de vastes ressources minérales. Notre pays se stabilise peu à peu et nous sommes fiers de sortir des moments difficiles que nous avons traversés. Le gouvernement d’union nationale a encouragé les investissements étrangers. Ces dernières années, des contrats ont été attribués pour la construction du réseau électrique, des routes et des infrastructures. Nous avons également une pénurie dans la production de carburant au niveau de l’industrie du raffinage et de la pétrochimie et sommes prêts à voir des investissements étrangers de ce côté” a déclaré S.E. Oun.

“Le moment est venu pour l’Afrique de redéfinir ses priorités d’exploration et de production. C’est maintenant ou jamais. Les enjeux de la précarité énergétique, du changement climatique et du développement ne sont pas mutuellement exclusifs. Les approches pour les traiter ne doivent pas être séparées mais facilitées par la coopération. Le changement climatique est une préoccupation majeure pour tout le monde car la question de la pauvreté énergétique est d’égale importance. La bataille n’est pas entre le changement climatique et la pauvreté énergétique, ou entre les combustibles fossiles et les énergies renouvelables, ou entre les riches et les pauvres en énergie. Il s’agit de créer un environnement gagnant-gagnant et de donner un visage humain aux actions et propositions qui sont mises en avant. Un monde injuste ne peut pas être un monde pacifique,” a déclaré le Dr Odulaja.

De plus, avec l’accent mis sur la position de l’Afrique dans le dialogue mondial sur l’énergie, les participants au panel ont souligné l’importance du rôle qu’AEW 2021 a et continue de jouer dans l’avenir énergétique de l’Afrique.

“Il n’est pas rare que des Africains soient invités à des conférences sur l’Afrique, en dehors du continent. C’est pourquoi il est si important de discuter des problèmes rencontrés en Afrique sur le continent africain. AEW 2021 arrive à un moment où des mesures drastiques sont nécessaires pour accélérer les développements énergétiques et électrifier l’Afrique. Représentant le premier et le seul événement énergétique axé sur l’Afrique à avoir lieu en Afrique en 2021, AEW 2021 servira de catalyseur qui aidera à transformer l’espace énergétique africain, faisant de la réduction de la pauvreté énergétique une réalité d’ici 2030. Avec la mise en œuvre de plans nationaux d’électricité à travers le continent et la réorientation généralisée vers des alternatives de production d’énergie renouvelable, des développements importants sont apparus dans les industries solaire, éolienne et hydroélectrique », a déclaré S.E. Alweendo.

“Alors, pourquoi sommes-nous ici?” Parce que cela compte pour nous. Nous tenons à pouvoir représenter nos pays et discuter de ces questions importantes. Nous prenons soin de nos gens, des gens qui nous ont confié la responsabilité d’exploiter les ressources. Nous nous soucions de nos pays, des pays qui n’ont pas fini de se développer. Nous nous soucions de nos ressources naturelles. Nous nous soucions également de notre continent et de notre avenir. Nous nous soucions également de l’Afrique du Sud, car il existe un secret officieux selon lequel une fois par an, nous nous réunissons pour discuter de l’industrie. Je ne peux pas aller à Houston ou à Dubaï et discuter des problèmes d’électricité parce qu’ils ne comprendront pas. C’est pourquoi Le Cap et l’Afrique du Sud sont si importants. Nous nous soucions également de notre planète et du changement climatique et reconnaissons également que notre continent est le moins pollueur,” a déclaré S.E. Lima.

Parallèlement, les ministres ont attiré l’attention sur le potentiel important des énergies renouvelables en Afrique. Les acteurs mondiaux faisant pression pour la transition vers des sources d’énergie propres, les ressources énergétiques renouvelables de l’Afrique peuvent être exploitées pour stimuler la croissance socio-économique et lutter contre la pauvreté énergétique.

“Des économistes de renommée mondiale ont déclaré que le prochain changement le plus récent dans l’économie mondiale serait l’Afrique. Comment pouvons-vous être le futur et

le futur leader de l’économie mondiale tout en développant notre continent sans moteur? Exiger des Africains qu’ils cessent de développer tous les types d’énergie que nous avons sur le continent, cela n’a pas de sens. On parle de transition énergétique. Les habitants de Glasgow disent que la solution, la seule solution, c’est l’énergie renouvelable. Pourtant, le potentiel le plus élevé au monde se trouve en Afrique. Si nous parlons de tout type d’énergie renouvelable, le potentiel le plus important se trouve en Afrique.” a déclaré S.E. Itoua.

Share This Article

Share on twitter
Share on facebook
Share on linkedin
Share on reddit
Share on whatsapp
Share on email
Energy Capital & Power

Energy Capital & Power

Energy Capital & Power is the African continent’s leading investment platform for the energy sector. Through a series of events, online content and investment reports, we unite the entire energy value chain – from oil and gas exploration to renewable power – and facilitate global and intra-African investment and collaboration.

Subscribe to our newsletter

Sign up for latest news and event info

Copyright © 2021 Energy Capital & Power. Privacy Policy · Terms of Use