Energy Capital & Power

Le Gaz Naturel Pour Alimenter le Secteur Agricole du Sénégal

Connect with us:

natural gas. senegal. gaz

Le Sénégal est en voie de produire son premier gaz à partir du projet Greater Tortue Ahmeyim au premier trimestre de 2024. Avec ce premier gaz, le pays prévoit une augmentation des revenus et l’introduction de nouvelles sources domestiques d’énergie, créant ainsi des opportunités pour le développement d’autres secteurs économiques tels que l’agriculture.

Le secteur agricole emploie plus de 60 % de la population sénégalaise, étant essentiel pour l’économie du pays.

Le Sénégal dispose d’une abondance d’eau et de terres fertiles, en faisant un lieu idéal pour la production de céréales et d’horticulture. Cependant, le secteur est principalement constitué d’agriculture de subsistance, nécessitant des investissements importants et de l’énergie pour industrialiser l’industrie.

L’agenda économique du Président Macky Sall reconnaît l’agriculture comme un moteur de développement, et son administration s’est engagée à investir 4 milliards de dollars dans l’industrie entre 2019 et 2023 dans le cadre de l’initiative Accélération de l’Agriculture Sénégalaise (PRCAS II). D’importants investissements dans l’irrigation et les routes rurales, l’accès au crédit via la création d’un Fonds de Garantie, la construction d’installations de stockage, l’expansion de l’industrie de la pêche, et la mise en place d’une bourse agricole représentent des caractéristiques clés du plan agricole. Avec le premier gaz, le pays est bien positionné pour atteindre ces objectifs tout en stimulant la croissance du secteur agricole prometteur.

“Le gouvernement est désormais déterminé à prendre des mesures supplémentaires en augmentant les investissements visant à moderniser et à améliorer le secteur agricole, garantissant ainsi que l’économie ne dépende pas uniquement du pétrole et du gaz”, a déclaré Thierno Ly, Directeur Général de la société pétrolière nationale Petrosen E&P, dans une interview exclusive avec Energy Capital & Power (ECP).

Des progrès sont déjà en cours pour développer et industrialiser l’agriculture dans le pays. La Société Sénégalaise des Engrais (Sefco), une filiale de Petrosen, entreprend un projet ambitieux pour construire une installation de production d’urée d’une capacité annuelle de 1,2 million de tonnes. Situé au port de Ndayane, le projet sera l’un des plus chers de l’histoire du Sénégal, avec un coût estimé à 1,45 milliard de dollars. L’installation devrait commencer la production d’ici la fin de 2027, entraînant une réduction des importations d’engrais, un déficit commercial réduit et une augmentation de la production agricole.

“Cela rapprochera le pays de son objectif de souveraineté alimentaire”, a déclaré Manar Sall, PDG de Petrosen T&S.

Le gaz domestique présente également un bon potentiel pour réduire de moitié les prix de l’électricité et améliorer l’électrification rurale.Plusieurs centrales de gaz pour produire de l’électricité sont en cours de construction à 30 km du port prévu de Ndayane. Celles-ci comprennent la centrale de Malicounda, inaugurée en février 2023, ainsi que deux centrales électriques situées dans la Zone Économique Spéciale de Sandiara, toutes deux destinées à être opérationnelles d’ici 2025. Le gouvernement vise un accès universel à l’électricité d’ici 2025 grâce à ces initiatives, ce qui profiterait à l’industrie agricole.

Serigne Diop, Maire de Sandiara, une ville abritant de multiples initiatives agricoles, a souligné à l’ECP que : “Maintenir la chaîne du froid est crucial pour l’exportation et la distribution des produits agricoles, en particulier les fruits et légumes. Certains agriculteurs sont contraints de jeter une partie de leur production en raison des coupures de courant.”

Cependant, la production domestique de gaz promet de relever ces défis, en apportant de nouvelles fournitures sur le marché et en améliorant l’efficacité et la productivité de l’agriculture. Abritant à la fois les rivières Sénégal et Gambie, le pays présente de solides conditions agro-climatiques pour cultiver diverses cultures, et avec une grande partie du secteur inexploitée, le premier gaz devrait stimuler une vague de développements agricoles au Sénégal.

Share This Article

Anne Laure Klein

Anne Laure Klein

Anne-Laure Klein works as a field editor for Energy Capital & Power. She graduated in Political Science with a Master's degree in International Relations and geopolitics. Before joining ECP, she worked as a Senior Account manager for International Tech and Energy companies. She is from French, Syrian and Italian descent, and fluently speaks English, French, Spanish and Italian. On a personal level, she is a seasoned traveler and has visited more than 110 countries.

Trending