fbpx

L’activité E&P dans la région du MSGBC devrait contribuer à la reprise économique post COVID-19

Trouvez la version anglaise ici

Depuis les découvertes de pétrole et de gaz à grande échelle dans les eaux offshore du Sénégal et de la Mauritanie de 2014 à 2017 ; les pays qui composent le bassin MSGBC – la Mauritanie, le Sénégal, la Gambie, la Guinée-Bissau et la Guinée Conakry – cherchent à capitaliser sur l’afflux d’investissements directs étrangers provenant de l’exploration et de la production de pétrole et de gaz, ainsi qu’à générer des revenus à partir d’opérations minières bien établies dans toute la région MSGBC.

Étant donné que les revenus d’un certain nombre de pays de la région MSGBC, comme le Sénégal et la Gambie, dépendent en grande partie de leurs industries touristiques bien développées, leurs économies ont été affectées par la pandémie COVID-19. Le Sénégal a vu son PIB réel se contracter au cours de la période 2020-2021, en raison de l’impact des mesures destinées à contenir la propagation du virus. Les analystes de The Economist Intelligence Unit estiment que le PIB réel a connu un ralentissement de 0,7 % en 2020, en raison des effets de la pandémie de coronavirus. Cependant, il se redresse en 2021 grâce à la hausse des investissements en infrastructures et de la production agricole. En 2022-25, la croissance sera encore stimulée par la mise en service de la production d’hydrocarbures.

Des activités d’exploration et de production sont en cours dans l’ensemble du bassin MSGBC, avec des études sismiques 2D et 3D menées dans des pays comme la Gambie et la Guinée-Bissau, mais le Sénégal est sans aucun doute le mieux placé pour connaître le rebond post-pandémie le plus immédiat grâce aux nouvelles activités pétrolières et gazières.

Deux des plus grands projets actuellement en cours sont le champ pétrolier SANGOMAR de l’australien Woodside Energy et le projet de GNL Greater Tortue Ahmeyim de BP/Kosmos Energy. Chevauchant la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie, ce champ peut fournir jusqu’à dix millions de tonnes métriques de gaz naturel liquéfié par an. La commercialisation est prévue pour 2023-2024.

Le PIB du Sénégal dépend du pétrole et du gaz – Apanews.netapanews.net/en/news/senegal-relies-on-oil-gas-industry-to-boost-gdp/ 3/9the black continent.

Bien que le Sénégal dépende actuellement d’un volume limité de gaz naturel terrestre produit par des entreprises telles qu’Africa Fortesa, ainsi que du fioul lourd utilisé pour la production d’électricité, c’est la monétisation prochaine des vastes réserves de gaz naturel offshore qui aura l’impact économique le plus immédiat sur le pays, car elle permettra non seulement de rendre le Sénégal indépendant sur le plan énergétique, mais préparera également le terrain pour une nouvelle vague d’industrialisation, car le pays bénéficiera d’une électricité abondante et beaucoup plus abordable. Le pays a actuellement des coûts d’électricité parmi les plus élevés d’Afrique de l’Ouest, mais le ministère du pétrole et de l’énergie, dirigé par S.E. la ministre Aissatou Sophie Gladima, et la société nationale de services publics SENELEC travaillent en étroite collaboration pour façonner l’avenir énergétique du pays qui sera alimenté par la monétisation du gaz naturel bientôt abondant.

Dans ce contexte, la Chambre africaine de l’énergie a plaidé pour que le Sénégal monétise ses réserves de gaz pour créer des emplois et donner des opportunités à la jeune génération. Selon cette structure, les projets gaziers et pétroliers “devraient attirer de nombreux investissements directs étrangers au Sénégal au cours de la prochaine décennie.” Tout cela favorisera “l’industrialisation” et la construction d’infrastructures nécessaires pour l’avenir. Grâce à la stratégie ” gas-to-power ” du Président Macky Sall, le Sénégal peut servir les consommateurs avec ” une énergie plus accessible, plus propre et moins chère “, selon la Chambre africaine de l’énergie.

Apanews.netapanews.net/en/news/senegal-relies-on-oil-gas-industry-to-boost-gdp/ 3/9the black continent.

La Mauritanie a également été touchée par la pandémie, mais elle est prête à se redresser grâce à un secteur pétrolier et gazier émergent et de plus en plus dynamique et à une reprise de la demande mondiale de minéraux. L’Economist Intelligence Unit note que la politique économique de la Mauritanie sera axée sur la lutte contre les retombées de la pandémie de coronavirus. Il prévoit que l’économie connaîtra une croissance moyenne du PIB réel de 3,5 % en 2021-2022, après une contraction de 1,5 % en 2020.  www.eiu.com

La Mauritanie est l’autre pays, avec le Sénégal, impliqué dans l’énorme GTAt. Le champ gazier de la GTA devrait être une source importante d’énergie et de revenus nationaux. La superficie d’environ 33 000 kilomètres carrés couverte par le partenariat élargi entre BP et Kosmos contiendrait entre 50 et 100 Tcf de ressources gazières potentielles et on estime qu’elle contient plus de 15 Tcf de ressources gazières découvertes.

Mais en plus de l’impulsion que le projet GTA donnera à l’économie mauritanienne au cours de la période 2022-2024, le pays bénéficie également d’autres industries qui contribuent déjà fortement au PIB national. Les principales exportations de la Mauritanie sont actuellement le poisson congelé, le minerai de fer, l’argent et l’or. Grâce à la reprise économique mondiale en cours et à la levée des restrictions anti COVID-19, la demande pour tous ces produits augmente et devrait rester forte au cours de la période 2021-2024.

La Gambie est en train de surmonter 18 mois difficiles causés par les effets négatifs de la pandémie mondiale. Pour la première fois en neuf ans, le PIB réel s’est contracté de 1,5 % au cours de l’année 2020. Mais, à l’instar d’un certain nombre de ses voisins de la région MSGBC, le pire de la crise sanitaire est derrière elle et les perspectives économiques de la Gambie pour 2022-2024 sont bien meilleures. Les analystes de l’Economist Intelligence Unit prévoient une reprise économique progressive au cours de la période 2022-2023, au fur et à mesure que la vaccination s’accélère et aide le pays à surmonter les difficultés que les restrictions de voyage ont entraînées pour le secteur touristique gambien. Des sociétés actives dans le domaine de l’imagerie sismique, telles que TGS, réalisent actuellement l’étude sismique 3D Gambito 2020, d’une superficie de 4 770 kilomètres carrés, qui couvre des zones ouvertes en eaux profondes et très profondes et semble très prometteuse. Il est difficile de quantifier exactement à ce stade l’impact direct du secteur pétrolier et gazier émergent du pays en termes de soutien à la reprise économique post-COVID en cours, mais le ministère de l’Énergie et du Pétrole de la Gambie et la NOC GNPC travaillent en étroite collaboration pour préparer le pays à maximiser le rôle du secteur énergétique dans le soutien au développement économique à long terme et à la création d’emplois.

La reprise économique en République de Guinée-Bissau est également en cours. Les analystes de l’Economist Intelligence Unit prévoient une croissance du PIB réel de 2,5 % pour le reste de l’année 2021 et une croissance encore plus robuste de 3,4 % en 2022, en raison de l’amélioration du climat des affaires et de l’augmentation des exportations des principales cultures commerciales comme les noix de cajou, étant donné que les conditions économiques du pays continuent de s’améliorer. www.eiu.com

Ce qui est peut-être encore plus important que les indicateurs macroéconomiques de chacun de ces différents pays du MSGBC et le rythme de leur reprise économique respective, c’est le fait indéniable que ces pays travaillent tous ensemble et pensent au moyen et au long terme. Ils ont clairement compris que l’optimisation de leurs ressources en hydrocarbures et la garantie des avantages économiques découlant de l’adoption de projets de transformation du gaz en électricité dépendent de la poursuite de la coopération intrarégionale, ainsi que du développement du commerce et des investissements dans toute la région. Par le passé, une découverte majeure de gaz offshore située à la frontière entre deux pays, comme c’est le cas pour Grande Tortue, aurait pu donner lieu à un conflit territorial/maritime et bloquer l’avancement du projet. Au lieu de cela, le Sénégal et la Mauritanie ont agi très rapidement pour mettre en place les mécanismes nécessaires pour coopérer efficacement et monétiser ces vastes réserves de gaz. D’autres exemples de coopération régionale sont également constatés dans d’autres pays de la région MSGBC. L’Agence de Gestion et de Coopération entre le Sénégal et la Guinée Bissau (AGC) en est un exemple. www.agc-snbg.org est une agence spéciale qui dépend directement de la présidence des deux pays, ainsi que du ministère du pétrole et de l’énergie au Sénégal et du ministère des ressources naturelles et de l’énergie en Guinée Bissau.  Grâce à cette entité, le Sénégal et la Guinée-Bissau coopèrent aujourd’hui très efficacement pour capter des investissements communs dans leur zone maritime spécifique.

Les principales parties prenantes des différents pays du bassin MSGBC se réuniront prochainement à Dakar, au Sénégal, en décembre, à l’occasion du salon Oil, Gas, & Power MSGBC 2021, afin de présenter les nombreuses opportunités offertes par leurs secteurs pétroliers et gaziers respectifs, et de contribuer à attirer une nouvelle vague d’investissements qui accélérera encore le développement du secteur des hydrocarbures et de l’énergie dans toute la région. www.msgbc2021.com

Share This Article

Share on twitter
Share on facebook
Share on linkedin
Share on reddit
Share on whatsapp
Share on email
Miguel Artacho

Miguel Artacho

Miguel is a Field Editor at ECP. Miguel is a forward-thinking communications professional currently specializing in the energy sector. Adept at developing engagement strategies and building relationships. He is known for working ethically and effectively with internal and external stakeholders to further the business goals.

Subscribe to our newsletter

Sign up for latest news and event info

Copyright © 2021 Energy Capital & Power. Privacy Policy · Terms of Use