Assurer le développement d’une chaîne de valeur pétrolière et gazière robuste et efficace dans la région MSGBC

Secrétaire général de l’OPEP, SE Mohammed Barkindo.

Trouvez la version anglaise ici

Le premier jour de la conférence et exposition MSGBC Oil, Gas & Power 2021 a présenté un discours d’ouverture du secrétaire général de l’OPEP, SE Mohammed Barkindo, qui a parlé des perspectives du bassin MSGBC et du potentiel de la région à devenir un formidable concurrent dans l’industrie à travers le développement d’une chaîne de valeur pétrolière et gazière robuste et efficace.

Tenue les 16 et 17 décembre au Centre International de Conférence Abdou Diouf, à Dakar, Sénégal, et sous le thème “Une nouvelle vague d’investissement,” la conférence s’est concentrée sur le renforcement des partenariats régionaux tout en stimulant les opportunités d’investissement et de développement dans le secteur pétrolier, les secteurs du gaz et de l’électricité dans la région MSGBC.

Représentant l’un des leaders de l’industrie pétrolière et gazière les plus estimés d’Afrique, SE Barkindo a parler du rôle essentiel que le continent jouera dans l’avenir du secteur énergétique mondial, identifiant la stabilité du marché pétrolier et la facilitation d’un environnement propice aux investissements comme des opportunités cruciales pour les pays africains qui cherches à capitaliser sur leurs ressources, à réduire les émissions mondiales, à atténuer la pauvreté énergétique et à se remettre des impacts de la pandémie mondiale de Covid-19.

“Nous prévoyons un avenir radieux pour l’industrie pétrolière africaine avec des opportunités de croissance substantielles. Le continent abrite cinq des 30 premiers pays producteurs de pétrole au monde et plusieurs des principaux pays producteurs de gaz, dont le Sénégal. Le monde continuera à dépendre des précieuses ressources de l’Afrique à long terme afin de répondre à la demande mondiale croissante de pétrole et de gaz,” a déclaré Barkindo.

SE Barkindo a salué le cadre de collaboration des partenariats internationaux de la région MSGBC et sa contribution à la stabilité d’un marché pétrolier durable, qui a entraîné des avantages sociaux et économiques plus larges pour les pays participants. Reconnaissant l’esprit de collaboration, le Secrétaire général a déclaré que la Déclaration de coopération (DoC) de l’organisation intergouvernementale, un accord signé entre l’OPEP et 10 pays non participants, est emblématique de ces thèmes.

“L’OPEP soutient de tout cœur l’esprit de coopération et de fraternité entre les nations qui sous-tend cette conférence », a déclaré SE Barkindo, ajoutant : « Notre statut nous engage au multilatéralisme et à la coopération avec toutes les parties prenantes de l’industrie énergétique. Nous reconnaissons que les défis de notre époque exigent que la communauté internationale se soulève et se soutienne.”

En 2019, l’Afrique a produit environ 8,5 millions de barils de pétrole par jour (mb/j), soit environ 9 % de la production mondiale. Le World Oil Outlook 2045 de l’OPEP prévoit que l’Afrique augmentera sa capacité de raffinage de 1,2 mb/j d’ici 2026 par rapport à son niveau actuel de 4 mb/j ; avec la croissance de la demande à long terme du continent qui devrait entraîner une augmentation des débits de raffinerie de 5 mb/j d’ici 2045, contre 2,4 mb/j en 2019.

Dans le secteur pétrolier et gazier de downstream, S.E. Barkindo a déclaré qu’environ 1 500 milliards de dollars seront dépensés dans le monde entre 2021 et 2045, dont 450 milliards de dollars seront investis dans de nouveaux projets de raffinerie et l’expansion d’unités existantes en Afrique, ce qui augmentera le produit raffiné local, tout en réduisant les importations en provenance d’autres régions.

Le développement et la mise en œuvre d’un environnement propice à l’investissement ont été les objectifs principaux pour le DoC. S.E. Barkindo à déclaré que les besoins cumulés d’investissement liés au pétrole entre 2021 et 2045 s’élèvent à 11,8 billions de dollars, dont 9 200 milliards de dollars seront investis dans l’upstream, tandis que 1,5 billion de dollars et 1,1 billion de dollars seront investis respectivement dans le downstream et le midstream.

Compte tenu du besoin urgent de réduire la pauvreté énergétique et de se remettre des impacts de la pandémie mondiale de Covid-19, SE Barkindo a souligné que l’aspect environnemental des exigences de gouvernance sociale et environnementale a tendance à l’emporter sur la nécessité de résoudre les problèmes sociaux et de développement en Afrique, notant que alors que l’Afrique ne représente que 3 % des émissions mondiales, près de 600 millions de personnes sur le continent n’ont pas accès à l’électricité et à des combustibles de cuisson propres.

“En tant qu’industrie, nous devons aborder ces questions critiques ensemble par le dialogue et la coopération, en veillant à ce que toutes les voix soient entendues et que tous les points de vue soient pris en compte. Notre organisation souhaite travailler et renforcer nos relations avec les acteurs de l’énergie en Afrique de l’Ouest et dans tout le bassin du MSGBC,” a conclu SE Barkindo. “Nous devons travailler avec toutes les parties prenantes de l’industrie pour assurer un climat propice aux investissements, durable et qui profite à la fois aux producteurs et aux consommateurs.” 

Share This Article

Share on twitter
Share on facebook
Share on linkedin
Share on reddit
Share on whatsapp
Share on email

Other Reads

Energy Capital & Power

Energy Capital & Power

Energy Capital & Power is the African continent’s leading investment platform for the energy sector. Through a series of events, online content and investment reports, we unite the entire energy value chain – from oil and gas exploration to renewable power – and facilitate global and intra-African investment and collaboration.

Sign up for latest news and event info

Copyright © 2022 Energy Capital & Power. Privacy Policy · Terms of Use